Centre Médico-Psychologique de Genolier

La qualité d’une prise en charge à l’aide du EMDR repose avant tout sur une relation thérapeutique sécurisante. Le processus EMDR comporte 8 phases :

1. Récolter l’histoire de la patiente ou du patient
2. Evaluer la situation actuelle
3. Trouver un lieu de sécurité (safe place)
4. Installer, scanner du corps
5. Gérer les émotions
6. Mettre en oeuvre le processus de désensibilisation au cours duquel on laisse revenir un événement perturbant pour permettre son retraitement et le stocker de façon plus adaptée dans le cerveau. L’hypothèse de base étant qu’un traumatisme qui reste stocké de façon dysfonctionnelle dans le cerveau limbique (émotionnel), à défaut de pouvoir être traité correctement, réactive à répétition les symptômes éprouvés pendant la survenue du traumatisme ( flash backs, douleurs physiques, peurs…).  Le retraitement adaptatif de l’information favorise la disparition des symptômes ayant amené le ou la patiente à consulter.
7. La terminaison 
8. La réévaluation

Trauma : angoisses, stress, dépression...

Dans la prise en charge, on commence par traiter les traumatismes du passé avant de traiter les traumatismes du présent puis de l’avenir (Référence : David Servan-Schreiber, Guérir. Pocket, Paris. 2011) Cette thérapie peut s’effectuer en individuel, en couple ou en thérapie intensive sur une semaine, à raison de 8h par jour, pour travailler en continu les différents traumatismes auxquels on a pu être confronté au cours de sa vie.

Désensibilisation et reprogrammation par le mouvement des yeux

L’EMDR a été crée à la fin des années 80. Son auteur Francine Shapiro, une psychologue américaine, a découvert de façon empirique l’efficacité de cette technique de désensibilisation pour guérir les perturbations émotionnelles liées à des traumatismes psychiques et physiques.

D’abord appliquée à la population des vétérans de la guerre du Vietnam présentant des Etats de Stress Post Traumatiques (ESPT), l’EMDR est également particulièrement efficace sur les ESPT des victimes de violences sexuelles et physiques dans la population générale.

L’EMDR est la seule  psychothérapie, avec la thérapie cognitivo-comportementale, qui a été validée dans le traitement des ESPT. Son développement actuel permet d’en faire une thérapie de choix pour un large panel d’indications. Particulièrement efficace dans les troubles anxieux, son utilisation s’étend des traumas avec un grand T, correspondant aux ESPT, aux traumas avec un petit t correspondant aux troubles de l’adaptation ou aux événements de vie perturbants. D’autres troubles psychiques peuvent en bénéficier.